Search

Revista Studii Teologice

REVISTA FACULTĂŢILOR DE TEOLOGIE DIN PATRIARHIA ROMÂNĂ



JA slide show
 

Sofia şi Logos sau despre dialogul dintre cei doi Iisus: Hristos şi Ben Sirah



Autor(i): Pr. conf. dr. Ioan Chirilă
Les exégètes du Nouveau Testament ont recours généralement à deux méthodes classiques pour analyser le sens des textes: la méthode diachronique qui tente de reconstituer les étapes de la formation du texte et la méthode synchronique qui examine le texte dans son état actuel en laissant de côté les problèmes de sa genèse. Notre propos relève en partie de la méthode diachronique, plus exactement de ce qu’on pourrait appeler la méthode comparatiste. Interpréter un texte, c’est découvrir à la fois sa préhistoire et son dynamisme interne. Seule une lecture en Eglise permet de réaliser l’unité entre une lecture critique et une exégèse croyante.
La recherche du milieu juif s’intègre fort bien dans la méthode historico critique, puisqu’elle permet d’élargir l’horizon culturel dans lequel le texte a pris naissance. De plus, sans la recherche du milieu juif il est impossible de comprendre l’exégèse des Pères de l’Eglise. De nombreux commentaires sur l’Evangile de Jean font appel à l’influence de la philosophie hellénistique pour expliquer le choix de la parole Logos. Héraclite, qui enseignait a Ephèse, six cents ans avant la rédaction de l’Evangile de Jean, aurait joue un rôle déterminant sur Jean. Si le Logos johannique est assimile au Fils de Dieu en tant que révélateur du Père, on voit difficilement pourquoi Jean aurait cherché une préparation aussi lointaine du terme, dans un milieu aussi différent.
Puisque de nombreux échos de la littérature sapientiale ont été décelés sur le Prologue, il parait plus vraisemblablement de chercher dans le milieu biblique l’inspiration de ce concept johannique. Loisy reconnaissait déjà que la doctrine du Logos était fondée sur le récit génésiaque et qu’elle plongeait ses racines dans les livres sapientiaux, bien que sa forme définitive ait un contenu chrétien. Bref, dans le Logos les nombreuses paroles de l’Ancien Testament sont devenues un seul Verbum abbreviatum et un seul Verbum abrevians, car toute la révélation est résumée dans le Logos.



Taguri:
Studiu
Pagini: 49-64